القائمة الرئيسية

الصفحات

أخر الأخبار

A Laâyoune, les enfants des pêcheurs vont à l’école grâce à l’INDH



Asrarpres...


mercredi, 20 octobre, 2021 à 13:45

Laâyoune – Le village des pêcheurs de Tarouma est situé à une cinquantaine de kms de Laâyoune. Il fait partie des quatre villages construits dans la région Laâyoune-Sakia El Hamra pour la sédentarisation des marins-pêcheurs et l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail.


.


Le village est raccordé aux réseaux électrique et d’eau potable, dispose d’un dispensaire et d’une école primaire mais manquait d’un établissement d’enseignement préscolaire.


L’Initiative nationale pour le développement humain (INDH) a entrepris en 2019, en partenariat avec l’Académie régionale d’éducation et de formation, de pallier à cet handicap de taille pour assurer la scolarisation des enfants de la centaine de pêcheurs du village.


Ainsi, une classe de préscolaire a été aménagée et équipée au sein de l’école du primaire pour permettre aux petits enfants d’acquérir des compétences, éveiller leurs connaissances et les préparer à l’enseignement.


“La classe du préscolaire a vite donné de bons résultats, car les élèves souffraient d’une faiblesse notoire des connaissances”, affirme la directrice de l’école, Fatema Dekich.


“Cette structure a également contribué à la lutte contre le décrochage scolaire parmi les enfants des pêcheurs”, ajoute-t-elle.


La troisième phase de l’INDH dédiée à l’impulsion du capital humain chez les générations montantes apporte un soutien substantiel à la généralisation de l’enseignement préscolaire, notamment en milieu rural défavorisé.


Ce programme vise l’accompagnement de l’individu depuis la petite enfance et tout au long de son cycle de vie, puisque l’expérience a démontré que la préscolarisation accroît la durée moyenne de scolarisation et contribue à la lutte contre les déperditions scolaires.


La classe du préscolaire construite dans ce village de pêcheurs offre à une dizaine d’enfants de 4 à 6 ans des cours et activités qui favorisent leur développement socio-cognitif et participent à leur éveil intellectuel, et à leur développement physique, psychomoteur et social.


“L’enseignement préscolaire est un chantier éducatif ambitieux qui participe au développement des connaissances des élèves et stimule leur intelligence en vue d’améliorer la qualité de l’enseignement notamment en milieu rural”, a relevé la directrice de l’école.


Après le préscolaire, les élèves poursuivent leur enseignement primaire au sein de la même école. Il s’agit en réalité d’une seule classe “mixte” où sont regroupés les élèves de différents niveaux, puisque le village compte peu d’enfants en âge de scolarisation.


Mais les difficultés sérieuses commencent pour ces élèves et leurs familles après la fin des études primaires.


Faute d’un lycée sur place, ils doivent se déplacer à Foum El Oued, à une trentaine de kms plus loin, ou à Laâyoune où ils bénéficient d’un hébergement à Dar Talib.


Il faut dire que si la construction de ces villages dans la région est justifiée par le dynamisme du secteur de la pêche et l’augmentation du nombre des marins-pêcheurs, leur avenir dépend de l’effort consenti pour la mise en place des équipements collectifs et des infrastructures de base nécessaires, en particulier leur connexion aux villes et centres urbains dont ils relèvent.


Tout en saluant l’implication de l’INDH dans la scolarisation de leur progéniture, les habitants du village de Tarouma et des autres villages de pêche dans la région se plaignent beaucoup de l’absence de moyens de transport avec Laâyoune ou Tarfaya.

تعليقات